Notre sponsor

12 sept. 2011

Renens-Champvent 3-3 (1-1)



-> Menée 3-1 à 10 minutes du terme, la une revient de loin
-> Pour espérer mieux, le FC doit gommer ses erreurs individuelles
=======================================================

Samedi 10 septembre. 19:00.
2e ligue, groupe 2


Dans le football, affronter tel ou tel adversaire, c'est la certitude de rencontrer une opposition définie et attendue, appréhendée au gré d’une réputation qui souvent, précède.

Le FC Renens se colle parfaitement dans cette rubrique. Le club lausannois sait attirer les meilleurs joueurs, s'entourer des meilleurs entraîneurs (Patrick Isabella), le tout dans un souhait unique: vaincre à tout prix, monter à tout prix, quel qu'en soit le prix. Et ça se sait. Avec la réputation qui s’y adjoint, à savoir celle d’un club ambitieux et dynamique, un club centenaire qui assume son rôle de favori du groupe.

Renens, c'est n'est pas qu'une liste d'individualités

Le FC Renens, c’est aussi un assemblage d’individualités, où seuls les meilleurs règnent. Mais ce n’est, évidemment, pas tout. Le FC Champvent a vite fait de comprendre que le collectif renanais serait difficile à bouger, qu’il ne se résumait pas à quelques individualités hirsutes, mais bien à un groupe solide, ancré dans ses certitudes de la gagne.

Cinq minutes auront suffit à Champvent pour apprécier le Golgotha qui s’immisçait face à eux. Un ballon perdu plus tard, une intelligente balle en profondeur plus loin, et voilà qu’Edin Becirovic ouvrait le score (6e), seul face à Olivier Glauser.

Ensuite, il y eut vingt grosses minutes de suffocation pour le bloc chanvannais. Vingt minutes de souffrance et d’égarement collectif, où Tonton Tharin fut contraint de redessiner son milieu de terrain, de restructurer ses fondations pour contrecarrer un adversaire qui ne demandait qu’à doubler sa mise.

Adrien Munos tire sur la latte et sonne le réveil chanvannais

La première alerte pour Renens tomba à la 33e minute, lorsqu’une frappe lobée et fuyante d’Adrien Munos touchait la transversale adverse. Champvent jouait alors déjà mieux, beaucoup plus haut sur le terrain, et imposait à son adverse un retranchement inhabituel. Et Albino Bencivenga égalisait peu avant la mi-temps (45e), reprenant un centre millimétré de l’excellent Adrien Munos; une occasion qui intervint quelques minutes après qu’un but du FC Renens fut annulé pour un hors-jeu limite – et c’est là une bien modeste litote – tant Trabelsi semblait être parti dans le dos du quatuor défensif Roulet-Daninthe-Bonzon-Schmidli (36e).

Dans le football, affronter tel ou tel adversaire, c'est avoir l’obligation de s’affranchir des moindres erreurs individuelles et tactiques, au risque de voir la sentence tomber sec et sonnante. Champvent l’a appris à ses modestes dépens, encaissant deux buts (50e et 75e) sur des erreurs défensives certes minimes, mais qui ne pardonnent guère, surtout lorsque l’opposition s’intitule Renens avec cette étiquette d’une formation opportuniste qui lui colle à la peau. Du coup, sans être véritablement dominé, Champvent était mené 3-1.

Champvent efficace sur balles arrêtées

Dans sa quête du va-tout, le coup de martingale par excellence, Tonton Tharin et Florian Simonin modifièrent alors ce 4-5-1 initial en un incroyable 3-3-1-2-1. Corollaire: autant les ailiers que les latéraux furent sacrifiés pour une concentration totale dans l’axe du terrain.

Si Renens écartait intelligemment le jeu au maximum, obligeant les visiteurs à s’étirer parmi, il n’a pas su éviter les seules fraudes qui pouvaient le perturber: une série de fautes perfides, ou des coup-francs à distance de frappe.

C’est justement sur un premier coup-franc que la une trouvait moyen de réduire le score, la passe parfaite de maître Bencivenga qui trouvait la tête de Sacha Clément au second poteau (81e).

Albino, la pureté du geste

Dans le football, affronter tel ou tel adversaire, c'est la certitude de s’exposer au génie d’autrui, souvent lorsque la réputation précède. Celle d’Albino Bencivenga n’est plus à faire, l’homme sait tout faire; de près ou de loin, rien n’est jamais impossible, tout est calculé dans l’allégresse du parfait, pas un geste superflu, jamais un moment d’égarement personnel, avec Bencigol, c’est l’efficacité avant tout, du moment que c’est pour le bienêtre de l’équipe.

Placée dans l’axe, à 35 mètres de la cage renanaise, l’ultime balle de match était dévolue aux pieds de maître Bencivenga. Naturellement.

La frappe fut flottante, tendue, suffisamment arquée pour tromper la vigilance du gardien adverse, lui qui fut déporté par la trajectoire fantasque de ce missile lointain. En dix petites minutes, le FC Champvent avait réussi l’improbable, remonter un déficit de deux buts sur le terrain du grandissime favori du groupe.

Grâce à un ultime sursaut, grâce à un formidable esprit de groupe, le FC Champvent ramène donc ce point inespéré, un point qui fait du bien, qui permet aux hommes de Tonton Tharin de passer son weekend prochain de congé bien au chaud.

Prochain match, le vendredi 23 septembre à domicile, face à Bosna (20:00)

=======================================================

Buts: 5e Becirovic 1-0; 45e Al.Bencivenga 1-1; 51e Becirovic 2-1; 75e Becirovic 3-1; 81e Clément 3-2; 91e Al.Bencivenga 3-3.

FC Champvent: Glauser; Roulet, Bonzon, Daninthe, Schmidli; Munos, Pipic (73e Ad.Bencivenga), Clément, Lauper (73e Favre), Brunet, Al.Bencivenga

Notes: Stade du Censuy, Renens. 120 spectateurs. Terrain large et spacieux, mais la qualité de la pelouse n’est vraiment pas à la hauteur de l’enceinte… Avertissement à Daninthe (jeu dur), Munos (jeu dur)... Champvent sans Raphaël Vanotti (genou) Nicolas Glauser (cheville), Beso (Achille), Siragusa (vacances), Rameche (avec la deux)… Quatrième match de championnat consécutif avec un but pour Albino Bencivenga… Deuxième match consécutif avec un but pour Clément… Menu de la buvette: je ne sais pas… Douches: eau chaude… Vestiaires: très bien…. Marquage du terrain: bien… Présence de l’adversaire à la buvette: bien... Match tweeté en direct par Bart… Photos de Bart, merci… Caisse de mousses offerte par le Président Meylan, merci…


Champvent s'est encore montré efficace sur balles arrêtées....
...notamment sur le 3-3 d'Albino Bencivenga....
Jason Brunet a démarré dans le couloir, avant d'être repositionné dans l'axe
Maître Bencivenga s'élance, mais ce coup-franc ne donner rien

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo Champvent! Belle remontée et gros mental!

Anonyme a dit…

Fier d etre Chavannais
BRAVO

Sacha a dit…

Bon ben j'ai oublié les grosses occasions de Jason (2e) et de Bencigol (16e) avant la latte de Munos.

Aussi, avant le match de championnat face à Bosna, il y'a le 32e de finale de Coupe Vaudoise face à Vevey, le mardi 20 septembre. Venez nombreux!