Notre sponsor

30 mai 2008

Thierrens-Champvent 1-0 (1-0)

Mercredi 28 mai (19:00)
2ème ligue, groupe 2


Des regrets. Beaucoup de regrets. Une seule minute d’inattention aux répercussions fatales, faisant carrément office de bascule irréversible d’une défaite à priori évitable. Une défaite aux conséquences douloureuses, puisque «la une» rétrograde à la 8ème place du classement. Des douleurs vives et palpables, d’autant que jusqu’ici, Champvent s’était toujours maintenu dans les cinq premières places du classement.

Pourtant, après ce but si précoce de Thierrens (1-0, 1ère), Champvent s’est procuré une multitude de situations cocasses. Mais il existe de ces matchs où rien ne semble vouloir tourner rond : chaque coup, chaque geste décisif se relève d’une maladresse inhabituelle, où le manque de concentration dompte l’efficacité finale. Sacha Clément, Albino Bencivenga, Yves Hofmann et Alija Beso n’en disconviendront pas, puisque tous ont bénéficié de véritables opportunités d’égaliser, sans pour autant se monter suffisamment affûtés pour faire plier l’échine thierranaise.

Un manque d'efficacité.

Dans le football, gérer une ouverture du score si rapide n’est, d’évidence, jamais une science exacte. Faut-il chercher le KO à tout prix, ou gérer son acquis en repoussant bon gré mal gré les velléités adverses ? Doit-on s’en tenir à sa tactique de match, ou se focaliser sur la rigidité défensive ? Habituellement jouasse et agile, le FCT s’est embourbé dans un subterfuge d’aléas, oubliant son jeu d’équipe en se focalisant sur ses individualités.

Malheureusement, ce FC Champvent-là - peu scrupuleux devant le but - n’a pas été en mesure de profiter de la fébrilité d'un jour de l'arrière-garde du FCT. «C’est rageant, car nous avons incontestablement fait un bon match. Aujourd’hui, nous n’avons rien à envier à Thierrens, et un point aurait été le minimum à ramener de ce déplacement. Ca me fait vraiment chier !» pestera, furibond, l’entraîneur Jean-Daniel Tharin. Un entraîneur tout irrité de la tournure désolante que prend cette fin de saison.

Raviver la flamme.

Aussi frustrante soit-elle, cette défaite devra être porteuse de remontrances individuelles, et chaque joueur devra avoir à coeur de se surpasser, dans le but hédoniste de terminer le championnat en beauté. Justement, tout n’est pas perdu niveau classement : en cas de victoire face à Etoile-Broye samedi soir, tout en spéculant sur des résultats accommodants, Champvent pourrait retrouver une sixième place au classement. Un rang plus conforme à la physionomie de la saison du néo-promu chanvannais.


La situation actuelle en milieu de classement.

___________________


Champvent: Chatton, Siragusa (Minic, 67ème), Rameche, Bardet, Fürst, Reymond, Pereira, Glauser (80ème, Magnin), Clément, Bencivenga, Hofmann (63ème, Beso)

Buts: 1-0 Ruch (1ère)

Notes: Terrain Le Marais.... Bonne pelouse.... 100 spectateurs.... Champvent sans Beney (armée), Fiorèse (examens).... Avertissement à Siragusa (jeu dur).... Caisse de bière : Tonton.... Menu de la buvette : hotdogs.... Merci aux supporters présents.... Merci à Florence la photographe de génie.... Douches chaudes....



Bardet, à droite, n'a pas trop fait le pitre mercredi - mal de dos oblige!




Yéyé et sa posture habituelle...





La défense du FC prête (vraiment?) à se dégager d'un corner.




Champvent a dû engagé une seconde fois après une minute de jeu seulement...





GD Glauser au duel, pied en avant, comme d'habitude... Juste après, il ronchonne: "mais non, y'a pas faute M'sieur l'arbitre!





A défaut de gagner, il faut au moins garder le sourire.





Il faisait chaud mercredi, les organismes ont souffert.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Et munoz il joue plus chez vous ou bien

botzet, alex & bart a dit…

salut !

grand bonjour de 3 anonymes do Brasiiiiiiiil !

Botzet te dit merci d avoir marque ¨bonne pelouse¨ :-)

David Glauser a dit…

elle est geniale la posture a Do Poloooooo! ^^

Sacha a dit…

Hello anonyme,

Si, Munoz est toujours des nôtres. Mais il s'est blessé au genou face à Team-Vaud. La durée de son indisponibilité est encore inconnue!

Bart, Botzet, Clerbout,
Uma vez Flamengo, sempre Flamengo!