Notre sponsor

23 avr. 2007

Champvent-Donneloye 3-2 (2-1)

Samedi 21 avril 2007
Champvent I - Donneloye I 3-2 (2-1)

Après la précieuse victoire acquise mardi à Chavornay (1-2), « la une » se remettait en selle samedi soir, en accueillant le solide FC Donneloye. Si la partie de mardi dernier face aux Corbeaux de Chavornay fut intense, l’épouvantail que représentait les Oies de Donneloye s’annonçait en tous points similaire. Au menu : de l’engagement, de la combativité, de l’opiniâtreté mais surtout – une caractéristique typique d’un derby – la volonté narcissique de démontrer une supériorité régionale.




Albino Bencivenga et Hugo Pereira ont fait parler leur talent.






Champvent, ou l’art de se compliquer la tâche.


A l’instar d’un match aller étriqué (victoire de Champvent 0-1 dans les derniers instants du temps réglementaire), la victoire fut très longue à se dessiner pour la formation de Jean-Daniel Tharin. Contrairement à mardi, « la une », prit ce match capital à bras le corps. En dominateur stérile, c’est par l’entremise d’Albino Bencivenga, que Champvent convertit idéalement la première véritable occasion du match. De bonne augure, d’autant qu’on connaît le FC Champvent comme étant particulièrement redoutable lorsqu’il a l’avantage de mener au score.

Avantage de courte durée.

Au lieu de dérouler, Champvent se mit tout seul dans de sales draps. Et la punition fut presque immédiate. Un coup franc évitable accordé aux Oies et un marquage approximatif plus tard, l’égalisation était offerte pour les visiteurs. Pour une première escarmouche, Donneloye fit preuve d’un réalisme arrogant.



Une belle victoire sur le terrain, dans la douleur







Le doute fut éphémère. Champvent remit alors l’ouvrage sur le métier pour obtenir un nouveau but « d’Albigol », idéalement servi par Raphaël Vanotti – son intenable comparse d’attaque. De cette 25ème minute jusqu’à l’heure de jeu, Champvent déploya un jeu offensif plutôt alléchant, multipliant les opportunités de faire un break décisif. Une tête mal ajustée de Clément, une lourde frappe sur le barre de Bencivenga et un essai à ras le poteau pour Pereira furent les symptômes d’une domination totale des locaux. Complètement dépassés, les anciens pensionnaires de 2ème ligue furent tout heureux de garder qu’un seul petit but de retard. D’ailleurs, ce manque d’efficacité peu habituel des champvannais se monnaiera cash.

Il était écrit que ça ne serait pas la semaine à Bardet

Excellent – comme d’habitude – dans l’axe de sa défense, Sébastien Bardet ne gardera pourtant pas un souvenir intarissable de cette semaine anglaise. Expulsé à Chavornay, Bardet (Monkey pour les uns, Roy Keane pour les autres) se fera l’auteur d’un malheureux auto-goal samedi face à Donneloye. Un but contre son camp synonyme d’égalisation pour Donneloye ; alors que la domination des champvannais atteignait son paroxysme. Bien au-delà du tableau d’affichage, ce but sonnera surtout comme un véritable coup d’assommoir tant le match semblait plus proche d’un 3-1 apaisant que d’un cruel 2-2.



Une belle prestation hors du terrain également. Trois points acquis dans la douleur, et fêtés dans la joie et la bonne humeur.





Un salut passant par les individualités

Frustré de n’avoir pu faire le break malgré d’énormes occasions ; le jeu et le collectif du FCC s’en trouveront complètement paralysés et ankylosés par ce mauvais coup du sort. Comme une bête blessée, hagards et abattus, Champvent se révélera incapable de réagir par du jeu. De cause à effet, il a indubitablement fallu s’en remettre aux individualités. Et à ce jeu, Champvent est plutôt bien armé...

La loi de ce championnat est sans pitié. Aussi incroyable que cela puisse paraître, « la une » ne peut pas se satisfaire d’un match nul – même face à l’excellente formation de Donneloye – au risque de voir Gland recoller à la tête du groupe. Champvent tenta alors, tant bien que mal, d’amener le danger devant le but de Gfeller. En vain. Donneloye sembla en mesure de tenir ce match nul lorsque Hugo Pereira hérite du ballon côté gauche, à l’orée de la surface de réparation. Toute la panoplie technique y passera, les passements de jambes, le subtil crochet puis le coup de rein percutant, le tout assorti d’un centre ras de terre fuyant et puissant, que l’excellent gardien de Donneloye ne pourra saisir. Derrière, un défenseur jaune et noir ne parviendra – qu’en taclant – à pousser le ballon au fond de ses propres filets. Encore une fois, Champvent s’en sort in extremis.






Hugo Pereira a fait parler sa technique







Après avoir repris l’avantage pour la troisième fois, Champvent ne fera plus les mêmes erreurs que précédemment. Refusant cette fois-ci de reculer et appliqués à défendre haut sur le terrain, « la une » gérera sans encombre cette fin de partie pour finalement s’imposer par la plus petite des marges. Le coup de sifflet libérateur sonna comme une véritable délivrance pour les champvannais, tout heureux de pouvoir entonner le « hasta Siempre » victorieux, synonyme d’une hallucinante 10ème victoire consécutive. A défaut d’être brillants collectivement, ce succès fut forgé sur quelques actions individuelles de grande classe. Des individualités qui, comme souvent, peuvent faire la différence dans un tel derby.




Les champvannais, courageux, fêtent le troisième but, synonyme de victoire. La 10ème de suite!






Des derbies justement, parlons-en. Gland, l’autre concurrent à la promotion, en sera complètement dispensé cette année. La saveur particulière qu’ont les derbies ne feront pas légion dans le calendrier des joueurs de la côte puisque son déplacement le plus proche sera distant de... 35 km ! (Cheseaux-sur-Lausanne) Voilà un bien valeureux atout dans la poche des Glandois puisque ces chocs régionaux – souvent coriaces et disputés – nivellent souvent la qualité des équipes en lice.

Clairement, peut-on d’ailleurs espérer que des formations talentueuses comme Chavornay, Bavois ou Donneloye démontrent la même détermination face au voisin champvannais, que face aux méconnus Glandois ? Certainement pas. L’aspect du derby représente donc à coup sûr une difficulté supplémentaire pour Champvent par rapport à Gland...





Clément et Bonanno - heureux!




___________________________________________





Ici, vous trouverez l'article publié par Tim Guillemin dans le journal "La Région".


Samedi 21.04.07. Terrain du Battoir.
Championnat de 3ème ligue, groupe 4, 17ème journée.
FC Champvent-FC Donneloye 3-2 (2-1)

Buts : 12’Bencivenga Al. 1-0, 19’Burdet 1-1, 25’Bencivenga Al. 2-1, 58’Gavillet 2-2, 83’Ducret (csc) 3-2

FC Champvent : Chatton ; Bardet, Furst (70’Jaccard), Rameche, Siragusa ; Munos, Pereira Hugo, Clément (cap), Bencivenga Ad (84’Perrier); Bencivenga Al, Vanotti.

FC Donneloye : Gfeller ; Leuenberger, Ducret, Ebinger, Reymond ; Freymond, Gavillet, Frauche (84’Chambaz), Burdet,; Maillard (65’Gonin), Monge (55’Viquerat)

70 spectateurs environ. Arbitrage de M.Tavares, qui avertit Furst et Bencivenga Al. ( 36’ , tous deux pour contestations), Reymond ( 42’ , jeu dur), Burdet ( 75’ , jeu dur) et Bardet ( 87’ , anti-jeu).

Le constat n’est pas nouveau, ce FC Champvent est redoutable. Non seulement parce que le leader est très solide et très appliqué, mais aussi et surtout car il possède les individualités capables de faire la différence rapidement, à l’image de sa première réussite samedi, un ballon dans les pieds d’Albino Bencivenga, qui se débarrassait de trois défenseurs avant de tromper Gfeller d’un tir tendu au premier poteau.

Donneloye réagissait vite et bien, Burdet reprenant un magnifique coup-franc au deuxième poteau de Gavillet, mais une perte de balle stupide à mi-terrain permettait à Clément de servir Vanotti, lequel donnait le tournis à l’arrière-garde des visiteurs avant de servir sur un plateau son compère de l’attaque, Albino Bencivenga, tout heureux de l’offrande. Champvent entamait la deuxième période avec détermination, frappant même sur la barre transversale (Al.Bencivenga encore) et bénéficiant de plusieurs situations très chaudes que Gfeller, une fois encore excellent, négociait au mieux.

C’est pourtant Gavillet, d’une superbe frappe à ras de terre, qui égalisait, contre le cours du jeu, mais Champvent continuait son travail de sape et Donneloye s’inclinait sur un malheureux auto-goal, résultat de la pression et de la volonté locale. Dès le coup de sifflet final pouvait ainsi se faire entendre le fameux « Hasta Siempre », habituel cri de ralliement de joueurs champvannais tout heureux de pouvoir garder leurs distances avec leur seul concurrent à la promotion, le FC Gland.


___________________________________________________







Clément (à gauche) n’aura pas été étincelant samedi soir sur le terrain. A défaut, il aura été particulièrement inspiré dans la fête qu’à suivi le match... Bardet - lui - purgera quelques matchs de suspension...

7 commentaires:

Sacha a dit…

Sacha il a pas très bien bu sur la dernière photo... Un pot de bière, c'est pas facile de ne pas renverser.

Quelle horreur, la tronche des clients!

Monkey a dit…

Sacha,

la couleur de ton t-shirt est sympathique !

Merci pout ton résumé, je reviendrai en forme pour les "gros" matches...

Kiss

David Glauser a dit…

Putain on s y croirait!

Bien belle plume Maitre Clement!

Et bien belle prestation Messieurs!

Bien bas,

David

zazzablabla a dit…

Miilaaaaaaan Miiilaaaaaaan Miiilaaaan Miilaan Miiilaaaan!!!

Alors les roast beef, pas trop surpris? Quand même, ca fait une semaine qu'on nous bassine avec Gonzalo Ronaldo... a part sa vivacité, sa technique, son pied gauche...je vois pas ce qu'il a

Rooney est mille fois meilleur, en plus il a une tête de buveur de bière...

Miiiiiilaaaaaaan Miiiilllaannnnn Miiiillllannn !!! La revanche est un plat qui se mange froid

Sacha a dit…

Zazza,

Ok pour Manchester, mais que ferait Milan sans Kakà?

Et n'oublions pas: "It ain't over till the fat lady sings"

United,
Sacha

zazza a dit…

c'est right on verra après le match retour...mais bon, pour gagner un match, faut de la réussite et pour la réussite, faut un peu de bol...je pense que c'est 2 équipe du même niveau avec un plus pour milan qui est défensivement plus sur...ok c'est chauvain et United est un rouleau compresseur offensif mais bon,je peux pas admettre la suprematie anglaise de cette année. J'aime beaucoup ce foot, très axé sur l'offensive, mais déjà que je suis pas patriote (ou seulement quand ca m'arrange)
Aaaaah, si seulement Milan avait un gardien ITALIEN!!! mais je suis confiant pour le match retour... et pour Kaka...c Vrai, que serait Milan sans lui mais ils ont déjà perdu Cheva et ils ont quand même fait des miracles cette année....

A C,
BEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERSSSSS

MAG a dit…

BLABLABLA !

de la m... cette compétition !

Regardez la finale de coupe de france cette année !