Notre sponsor

18 oct. 2010

Champvent - Chile Sport 6-1 (0-1)

Samedi 16 octobre. 19:30
2e ligue, groupe 2


Cette rencontre face à Chile Lausanne devait être celle de la confirmation pour le FC Champvent. La confirmation d’un renouveau. La confirmation qu’il fallait compter avec Champvent dans la lutte pour le titre honorifique de champion d’automne. De plus, il fallait valider la victoire acquise au forceps à Renens (0-1), prouver que ce succès n’était en rien usurpé, encore moins aléatoire, mais qu’il était plutôt pourfendeur d’une confiance retrouvée, surtout après ce passage à vide qui a coûté plusieurs points.

Début de match prometteur, mais...

Dès le coup d’envoi, les hommes à Jean-Daniel Tharin et Florian Simonin prirent le jeu à leur compte, pressant en adversaire en mal de points, embourbé dans les profondeurs du classement. Les lausannois se déplaçaient avec un système de jeu plutôt défensif, comme pour tenter d’annihiler toute ferveur chanvannaise.

Mais c’est bien Champvent qui dominait, se procurant bon nombre d’occasions de buts, que seule une certaine malchance repoussait. Les chiliens étaient acculés dans leur camp, les incisions venant de toutes parts, des couloirs notamment, avec des Steven Bonzon, Jason Brunet et Lianel Lauper particulièrement entreprenants.

A force de rater, on s'expose

Mais après 25 minutes, le score restait bloqué à 0-0, et pire, les visiteurs commençaient à prendre des aises insoupçonnées, profitant des manquements chanvannais devant le but. Durant le dernier quart d’heure de la première période, ce seront d’ailleurs les visiteurs qui s’approprièrent le cuire, profitant d’une baisse de régime flagrante du FCC. Et ce qui devait arriver, arriva, le but adverse tomba (31e) alors que Champvent était carrément à côté de ses pompes. Après avoir largement dominé cette période, Champvent était mené. Pas vraiment logique, mais cruellement létal.

Mais la une en a vu d’autres. Et le retour des vestiaires aura un effet transcendant sur des joueurs métamorphosés, rebellés par une première mi-temps frustrante, car dominée mais affublée d’un vrai sentiment d’injustice.

Pour revenir, il fallait marquer vite, très vite. Ce sera chose faite, puisqu’après deux minutes seulement, une compilation Clément-Lauper-Bencivenga remit les équipes à égalité. Logique. Mérité. Mais surtout, cette réussite ouvrait la voie à une seconde période magistrale, dominée de la tête et des épaules par des chanvannais qui œuvrait splendidement, multipliant les coups de boutoirs sur un adversaire réduit au rang de simple spectateur.

Un but d'anthologie; magnifique de grâce

Lauper donna l’avantage à Champvent (53e) sur un corner de Vanotti, puis Bencivenga crucifiait le portier adverse pour porter le score à 3-1 quelques minutes plus tard (57e). Le FC Chile Lausanne n’y était plus, alors que Champvent profitait de tout espace pour s’incruster gaiement devant le but d’un gardien voué à sa propre défense. Jeu à une touche, redoublement de passes, présence physique déroutante, le FC Champvent en faisait voir de toutes les couleurs, mettant en scène une seconde période d’une qualité rare.

Puis, il y’eut cette symphonie, cette œuvre d’art footballistique, ce récital de plaisir intense où même les puristes, les esthètes du ballon auront admiré, le temps d’un solo, d’un rush hallucinant, un but extravagant, déconcertant de facilité et d’aisance; rappelant au passage, à ceux qui en doutaient encore, qu’Albino Bencivenga sait tout faire. Absolument tout, de la tête aux pieds, toujours dans l’élégance, les gestes étant pures, gracieux déplacement, osmose du geste, l’excellence dans la posture qui impose tant d’admiration.

Une réputation assumée

Quand Bencigol s’empare du ballon, souvent, la réputation de l’homme le précède. L’adversité prend garde, toujours. L’adversité s’attèle, constamment, à redoubler de vigilance, ne serait-ce que pour éviter de se dire pourtant, on savait. Samedi face à Chile LS, quand Albino prend possession du cuir, dos au but, côté droit, le long de la ligne de touche, à 35 mètres de la cage adverse, le danger direct paraît moindre, presque anodin.

Dès lors, le temps se met à flotter, le silence se fait pesant, comme s’il était attendu qu’il se passe quelque chose d’immuable, d’inoubliable, une de ces actions qui marque à l’indélébile non seulement l’histoire du match, mais d’un club. Albino s’empare du ballon, puis, c’est le déballage, la panoplie complète de la magnificence. Prise de balle, feinte de corps, déjà deux défenseurs dans le vent. Passements de jambes, petits ponts, quelques autres défenseurs sont passés. Crochets, dribbles, toute la défense y passe. Conclusion en finesse, du gauche s’il vous plaît, pour crucifier le gardien. Magnifique, héroïque, splendidement bencivengesque. Rien à redire, si ce n’est qu’en plus du 4-1, le plus beau but du championnat venait d’être inscrit sur la pelouse du FC Champvent.

Avec un tel artiste donc, rien n’est impossible. Jamais, ô grand jamais. La technique de l’homme n’a d’égal que sa capacité à faire exploser les défenses. A notre niveau, c’est du Lionel Messi, ni plus, ni moins. Auteur de trois hat-tricks – excusez du peu – au cours de quatre dernières rencontres, Albigol a cette fois si su ravir la galerie d’une action aussi rare qu’étonnamment spontanée. Un raid solitaire de 35 mètres dans une défense réduite à néant. Bencivengesque, tout simplement.

6 buts en 31 minutes!

Ce but n’était certes pas le dernier de cette mi-temps hallucinante, mais il aura définitivement entériné le succès de Nicolas Glauser et des siens. Après avoir tergiversé une mi-temps durant, le FC Champvent a fait étalage de ses qualités, réussissant une seconde période comme rarement il l’a fait.

Réjouissant, pour autant que Champvent ramène quelques points au moins de son déplacement, mercredi (19:30) à Echallens. Un match à ne négliger sous aucun prétexte, à ne gâcher sous aucune forme, car affronter la réserve du FC Echallens en pleine semaine peut réserver quelques surprises de contingent.

Si Champvent a été leader durant quelques heures ce weekend, un succès a Echallens lui permettrait de tenir tête durant trois jours au moins. Et c’est déjà pas mal.


FC Champvent on Facebook

_____________________________________

Champvent: O.Glauser; Bonzon (73e N.Glauser), Beso (46e Favre), Rameche, Siragusa; Munos, Brunet, Lauper (79e Rodriguez), Clément; Al.Bencivenga, Vanotti

Buts: 31e Chile Lausanne 0-1 ; 47e Al.Bencivenga 1-1 ; 53e Lauper 2-1 ; 57e Al.Bencivenga 3-1; 63e Al.Bencivenga 4-1; 70e Vanotti 5-1; 85e Clément 6-1

Notes: Terrain du Battoir... Bonne pelouse, temps glacial... 120 spectateurs… Bon arbitrage qui avertit je ne sais plus qui… Champvent sans Bardet, Schmidli (armée), Ad.Bencivenga, Miranda (blessé)… Troisième hat-trick en quatre matchs pour Al.Bencivenga… Menu de la buvette: fondue… Présence de l’adversaire à la buvette: pas terrible… Douches: chaudes… Caisses de bières offertes par Leuleu, Vigousse, merci!... Plusieurs matchs en direct sur écran géant, dont Barcelone-Valence… Match twitté en direct… Bref résumé sur footmag.ch

Albino Bencivenga, l'homme qui sait tout faire

2 commentaires:

Sacha a dit…

Hello,

J'avoue m'être emballé sur le but à Albi. Mais ceux qui étaient présents en témoigneront: il y'a de quoi! La classe.

Beer,
Sacha

Anonyme a dit…

bel hommage Sacha! non non, je crois pas que tu t'emballes tant qu'ça.. J'espère qu'ils vont rajouter 2-3 nouveaux termes dans le Larousse (bencivengesque, Bencigol, une Bencivenga...sans oublier "Le Bencivenga" himself..)

Classe la teuf après...et la super-classe les matchs de Premierleague et de Liga chez Colette...

Bla-blo