Notre sponsor

5 juin 2008

Les pronostiques de l'UBS

Qui sera champion d’Europe ? Quelle sera l’équipe surprise ? La Grèce peut-elle rééditer son exploit de 2004 ? Evidemment, chacun y est allé de son propre pronostique, et pour justifier ses choix personnels, les arguments fusent à coups de «cette année, je les sens bien», agrémentés d’un iota de chauvinisme et d’utopie modérée. Le tout, toujours mêlé d’une once de réalisme, bien sûr.

Les entreprises y vont aussi de leurs pronostiques. L’UBS notamment, qui, après avoir savamment prédit que l’Italie serait championne du monde en 2006, remet ça pour l’Euro 2008. Mais une corporation comme l'UBS - au contraire de l'individu, souvent émotif et partial - ne laisse pas de place au seul hasard, préférant se reposer sur une solide rigidité statisticienne.

C’est donc par le biais d'un système de calculs ingénieux nommé the Elo ratings - une véritable base de données mettant habilement en contexte les antécédants des équipes - que la banque suisse s’est osée a un nouveau pronostique. Un pari plus osé cette fois-ci, l'élu de la banque étant la République Tchèque.





Simples balivernes de banquier, ou chef d’oeuvre de matheux ?

Les sales langues pesteront déjà, stipulant que de miser sur l’Italie en 2006 n’était pas un choix téméraire en soi, qu’une telle issue ne devait rien au génie d’une calculette géante. Bien. Mais que dire de ce modèle UBS, ayant allégrement pronostiqué 6 des 8 quart de finalistes (75%) et 13 des 16 (81%) huitièmes de finalistes de la Coupe du Monde allemande ? Coup de chance? La banque ne connaît pas, justifiant fièrement ses choix ombiliqués, rappelant du même coup que sur les six dernières compétitions majeures, elle a obtenu un taux de réussite moyen de 87% (sur les qualifiés du premier tour)!

Evidemment, ces statistiques n'ont d'importance qu'à ceux qui leur en donnent. Et dans son rapport – qui n’est qu’un véritable plaidoyer d’analyses historiques – l’UBS rappelle bon nombre de faits vérifiés, aux connotations seyantes. Extraits:

- Sur 12 championnats d’Europe, l’épreuve a connu 9 vainqueurs distincts, et 12 finalistes différents. Pour comparaison, la Coupe du Monde, forte de ses 18 éditions, ne connaît que 7 vainqueurs uniques, pour 11 finalistes.

- La France et l'Allemagne sont les seules nations à avoir remporté l'épreuve plus d'une fois.

- Plus de la moitié des vainqueurs de l’Euro sont des pays limitrophes au pays organisateur.

- Seuls trois pays organisateurs ont remporté «leur» Euro.

- La Belgique est le seul pays organisateur a ne pas passer le premier tour.



32 ans après le geste magique de Panenka en finale face à l'Allemagne (2-2, 5-4 tab), les Tchèques ont les faveurs de la cote UBS.

2 commentaires:

David Glauser a dit…

impressionnant...

ils ont l air plus fort qu Elisabeth Fessier!

Cat a dit…

Pour changer tu parles encore de fesse .. toi

[ ] <<<<<

^^